Jack and the Bearded Fishermen : « Minor Noise » Chronique découverte

Quelques jours auparavant, j’ai eu la chance de découvrir via Métalorgie un nouveau groupe : Jack and the Bearded Fishermen. Le nom m’était totalement inconnu, j’ai jeté une oreille curieuse à leur dernière production: Minor Noise, que l’on peut écouter ci-dessous.

Grand bien m’a pris… En une dizaine de morceaux, ce LP a liquidé tout ce que j’ai pu écouter ces derniers temps pour se hisser au rang d’album du mois. Quoique, pour être honnête, de ces deux derniers mois en fait… Cela fait près d’une semaine qu’il tourne en boucle, et je ne vois pas comment il serait possible de s’en lasser.

Minor Noise
Minor Noise

« Minor Noise », c’est un orage d’été aux multiples strates émotionnelles. L’atmosphère du LP est lourde, pesante ; la moindre saute d’air arrache des frissons ; la tension s’exerce sur chaque partie du corps, chaque parcelle de l’esprit. On se laisse doucement aller à ce mélange paradoxal de langueur mélancolique et d’énergie débordante qui précède la libération de l’orage, teinté de crainte à l’idée que cet état d’apesanteur, d’entre-deux vertigineux, vienne à cesser. Et pourtant, ça se ressent, Jack and the Bearded Fishermen ne laissent jamais retomber la pression ! Bien au contraire, ils s’amusent à la faire varier et à faire sinuer leur musique sans faillir. Autant dire que quand les instruments se taisent à la fin de l’album, une impression de vide prend la place du reste.

Le LP forme un ensemble assez homogène, qui s’appréciera d’autant mieux s’il s’écoute d’une traite. Cela n’empêche pas, heureusement, que chaque titre ait sa personnalité, des petits moments qui vous agrippent à la gorge et vous font glapir de joie. Les guitares (trois) se répondent avec puissance et subtilité, appuyées par une basse grasse et solide qui n’a pas été oubliée dans le mix. La batterie ajoute au côté hypnotique grâce à ses rythmiques savamment dosées, dont les variations efficaces jalonnent les morceaux. L’osmose basse-batterie est au poil, ce qui permet de savourer encore davantage les mélodies qui s’y greffent. Quant à la voix, claire et chaude, parfois brumeuse, elle se pose à merveille sur la musique, achevant ainsi de poser les ambiances auprès de l’auditeur.

Par moments, j’ai discerné quelques parentés évidentes avec Hacride et Red Fang. Obtenir une reconnaissance équivalente à celle de ces deux groupes géniaux est bien tout le mal que je souhaite aux Jack and the Bearded Fishermen en tout cas.

Si l’on désire se procurer l’album, il est disponible sur leur bandcamp à partir du 28 février, chez le label Impure Muzik. En attendant de l’avoir entre les mains, on peut toujours mater le clip éponyme ici.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s